Contenu principal

Message d'alerte

AXINESIS est une start up medtech spin-off de l Universite catholique de Louvain en Belgique creatrice de REAPlanLancé par deux homme Éric HANESSE et le Dr Julien SAPIN AXINESIS est une start-up de l’Université catholique de Louvain en Belgique. REAPlan, celui vient de franchir un nouveau pas qui pourrait maintenant lui permettre en 2016 équipes un établissement Français. Un dispositif médical robotisé interactif destiné à la rééducation des membres supérieurs des adultes victimes d’AVC ou des enfants atteints d'infirmités motrices d'origine cérébrale, a obtenu son marquage CE.

Michele RIVASI deputee europeenne ecologiste demande une nouvelle legislation sur les essais cliniquesA la veille de l’intervention de la ministre de la Santé, Marisol TOURAINE, alors que la commission européenne au parlement européen a discuté le 2 février de la transparence Michèle RIVASI, la députée européenne écologiste a insisté sur l'importance de mettre en application la nouvelle législation européenne le plus rapidement possible. Affirmant qu’il fallait éviter un nouveau décès comme la France a connu le 17 janvier 2016 ainsi que cinq autres personnes ont été hospitalisées et qui seront peut être définitivement handicapées, organisées par le laboratoire Biotrial à Rennes.

Cour europeenne des droits de l homme-CEDHLa Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a épinglé le 2 février 2016, la Suisse pour son mode de calcul controversé du taux d'invalidité applicable aux travailleurs à temps partiel, une mesure jugée « discriminatoire » car utilisée quasi exclusivement pour des femmes après la naissance de leurs enfants. Cette méthode de calcul, dite mixte, « s'avère discriminatoire (...) pour la grande majorité des femmes souhaitant travailler à temps partiel à la suite de la naissance de leurs enfants », ont estimé les juges européens. Une condamnation qui le fait par la saisie de la Cour par une Italienne de 38 ans résidant en Suisse, qui s'était vu refuser une rente d'invalidité, malgré ses douleurs chroniques au dos, après avoir annoncé qu'elle ne souhaitait plus travailler à temps plein depuis la naissance de ses jumeaux en 2004.

Les tribunaux Suisse refusée le droit de la plaignante

Ce mode de calcul "mixte" prend en compte d'un côté le taux d'incapacité de la personne à garder son activité professionnelle, de l'autre son taux d'incapacité dans ses tâches privées et domestiques. Il aboutit souvent à des situations où la personne perd tout droit à une allocation du fait d'un taux d'incapacité global trop faible.

Des juges européens qui en l’occurrence ont estimé qu’ « il est vraisemblable que si (la requérante) avait travaillé à 100% ou si elle s'était entièrement consacrée aux tâches ménagères, elle aurait obtenu une rente d'invalidité partielle ». L'intéressée avait contesté en vain, devant les tribunaux suisses, le calcul qui lui avait été appliqué, mais la justice helvétique avait estimé que les prestations sociales n'avaient pas pour vocation de « compenser des activités que l'assurée n'aurait de toutes façons jamais effectuées, même en étant valide ».

Un mode de calcul appliquée a 97 % des femmes

Ce mère de famille aura donc du se tournée  jusqu’à la Cour européenne, en arguant d'une discrimination fondée sur le sexe. Les magistrats européens lui ont donné raison: ils ont relevé que, d'après des statistiques officielles remontant à 2009, les dossiers où cette méthode de calcul "mixte" avait été appliquée concernaient à 97% des femmes.

« La méthode mixte ne s'accorde plus avec la poursuite de l'égalité des sexes dans la société contemporaine où les femmes ont le souhait légitime de pouvoir concilier vie familiale et intérêts professionnels », a conclu la CEDH. Des autorités Suisse qui ont trois mois pour demander un nouvel examen du dossier, ce que la CEDH n'est toutefois pas tenue de leur accorder. Il ne deviendra alors définitif qu’à la fin de cette période et après sa signification.

La Rédaction/Avec l’AFP

 

Le commissaire au droit de l homme Nils MUIZNIEKSVoila pour le moins un constat qui risque d'étonner les Français, au vu chaque année de l'exil forcé auquel les parents d'enfant notamment autiste son contraint. Dans un rapport publié le 28 janvier Nils MUIZNIEKS, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, après une visite du 14 au 18 septembre 2015. Ce dernier invitant la Belgique a la mise en œuvre comme une « priorité », en faisant le constat que le pays « ne respecte pas les droits des personnes handicapées à l'autonomie de vie et à l'inclusion dans la société ».

Un nouveau traitement genvoyaUn nombre record d'infections par le virus du sida (VIH) a été enregistré en Europe et Asie centrale en 2014, dont près d'un tiers ayant touché des immigrés, ont indiqué jeudi l'Union européenne et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). C'est du jamais vu depuis l'apparition de la maladie sur le continent dans les années 1980.Le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (l'ECDC, à Stockholm) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont fait état de 142 000 nouveaux diagnostics.

Les juges de la Cour europeenne de justice en 2014La Cour européenne des droits de l'Homme a condamné mardi la Belgique pour avoir imposé des mesures carcérales excessives à un détenu français, psychologiquement fragile, transféré une quarantaine de fois en 8 ans. Durant sa détention, le requérant, Farid BAMOUHAMMAD, né en 1967, avait été transféré 43 fois entre 2006 et 2014. Il avait aussi été placé à l'isolement pendant 7 ans en raison de problèmes de discipline et de violence Selon une expertise psychiatrique, ce dernier souffrait de la « psychose de prison », appelée aussi syndrome de Ganser, avec un « état psychiatrique se détériorant en raison de son régime carcéral particulier et de ses incessants transferts ».

Marisol TOURAINE Ministre des Affaires sociale et de la santeL'approche prenant en compte la santé pendant tout le cycle de vie occupera le devant de la scène pour la première fois en Europe lors de la Conférence ministérielle européenne de l'OMS sur l'adoption d'une perspective portant sur toute la durée de la vie dans le contexte de Santé 2020, qui se tiendra les 21 et 22 octobre 2015 à Minsk (Bélarus). Des ministres de la santé auquel se joindront aux experts de l'OMS afin d'envisager l'élaboration de politiques sous un nouvel angle. En effet, ils se concentreront à cette occasion sur les origines développementales de la santé et de la morbidité.