Contenu principal

Message d'alerte

Siège de la Caisse nationale d'allocation familialeQuelques jours après sa présentation par le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l'État Gérald DARMANIN et la ministre de la Solidarité et de la Santé Agnès BUZYN, le conseil d’administration, après un débat animé, a annoncé avoir émis un avis défavorable sur l’ensemble du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2018. Un avis voté par 17 voix(1) contre 13(2), une abstention, la CFTC ayant simplement pris acte du vote.

Suppression des Contrats AidéesAprès les mouvements de « grèves » d’élus, la grogne annoncée lors du congrès des départements de France, et l’ensemble du monde associations. Le Département de l’Essonne dénonce la décision du gouvernement de supprimer brutalement les contrats aidés. Des élus du département qui exige à ce qu’un débat approfondi soit engagé avec les collectivités territoriales et le secteur associatif sur les emplois aidés, leurs limites et les mesures à prendre pour en assurer l’utilité sociale. Une discussion que la ministre du Travail, mais aussi celle de la solidarité ou encore Bercy refuse semble-t-il a vouloir s’engager.

Présentation du PLFSS 2018 à BercyLa ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès BUZYN à présente au côté du ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald DARMANIN ce 28 septembre 2017, le projet de loi finance pour la Sécurité sociale afin de réduire le déficit dont le déficit cumulé atteint 5.2Md€, repoussant le retour à l'équilibre à 2020. Au programme: hausse du forfait de séjour à l'hôpital, revalorisation des minima sociaux, RSI, prix des médicaments, prévention. Des mesures, dont les mutuelles, toutes les associations de patients restent très méfiantes, estiment quelle auront forcement un impact sur l’accès a la santé des plus défavorisés…

Capture ecran des representants des candidats presents a cette manifestation organise par le creai de Lille le 12 avril 2017Organisé le 12 avril dernier par le Centre Régional d'Études, d'Actions et d'Informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité de Lille, cette journée aura était un tel succès qu’elle aura du ce joué a à guichet fermé, les demandes d’inscriptions ont dépassé les limites de la salle ! Des présentations de programmes des candidats ainsi que des échanges que vous pouvez retrouver ici dans ces vidéos.

Affiche Association la Promotion de l Accompagnement sexuelVéritable sujet tabou encore au sein d’une communauté peu ouverte vers l’expression de la vie intime par peur de discrimination. La sexualité et le droit à la sexualité et pourtant reconnu comme un droit universel. Face à cette question les politiques se retrouvent aujourd’hui confronté à un dilemme, face à l’accompagnement dont le Président de l’APPAS, Marcel NUSS, dénonce dans une lettre ouverte dans lequel il demande au candidat si le « refus l’accompagnement à la vie affective, intime, sensuelle et/ou sexuelle des personnes en situation de handicap ou de perte d’autonomie ? ».

La Sante au travail en FranceA ce jour, la FNATH a rencontré sur la thématique particulière de la santé au travail et de l’indemnisation des victimes du travail, les équipes de campagne de quatre candidats celle de Nathalie ARTAUD, François FILLON, Emmanuel MACRON et Marine LE PEN. La FNATH qui n’aura elle écarté contrairement au comité d’entente aucun candidat a prévu un échange supplémentaire avec le candidat Benoît HAMON, tandis d’autres candidats, qui se dise pourtant soucieux des travailleurs comme notamment Jean-Luc MELENCHON, n’ont toujours pas répondu a l’invitation de l’association.

Affiche Adapt election presidentielle 2017Alors que le handicap ne parait toujours un sujet de préoccupation de nos hommes politiques a l’exception peut être le temps d’une visite dans un centre de travail ou d’hébergement. L’ADAPT a son tour interpelle les candidats notamment sur l’emploi comme vient de le faire la FNATH en recevant les principaux candidats (v.article). l’ADAPT qui rappel dans un sondage réalisé en octobre 2016 que 1 Français sur 2 pourrait orienter son vote selon la position d’un candidat sur la question du handicap !