Contenu principal

Message d'alerte

Présentation du 4e plan autisme par le premier ministre Edouard PHILLIPPE le 6 avril 2018 au Muséum de ParisAprès une semaine qui aura débuté avec la journée mondiale de sensibilisation a l’autisme, un déplacement a Rouen du président de la République hier 5 avril avec son épouse, dévoilant les grandes lignes de plan. Le premier ministre Édouard PHILLIPPE aura donc présenté au côté de la Secretaire d’État en charge du handicap Sophie CLUZEL, et de trois autres ministres, ce qu’il appelle désormais «stratégie nationale». Un 4e plan doté d’une enveloppe budgétaire de 344 M€ sur cinq. Une journée qui aura commencé par une visite sur le 3e Salon international de l'autisme qui se tient les 6 et 7 avril à Disneyland Paris et ou il aura était interpellé par les familles fortement mécontente...

Marie Georges BUFFET ancienne ministre et députée de Seine-Saint-DenisPourtant demandé par l’APF et plusieurs associations, la suppression de la prise en compte des revenus du conjoint dans la base de calcul de l’allocation adulte handicapée. Une étude demande par une proposition de loi demandant a la création d’une commission spéciale pour examiner ce texte déposé par l'ancienne ministre et députée de Seine-Saint-Denis, Marie-George BUFFET, cosigné par quelque 80 députés issus de tous les groupes, y compris de la majorité LREM-MoDem. Une possibilité rejetée par 114 voix contre 48.

Intervention Sophie CLUZEL le 3 octobre 2017 pour lors 30eme anniversaire de l'AGEFIPH Présenté officiellement le 6 avril prochain, Sophie CLUZEL, Secretaire d’État aux personnes handicapées a reconnu « l’enjeu du diagnostic » dans le quatrième plan autisme qui sera présenté le 6 avril 2018 comme annoncé par le premier ministre. Édouard PHILIPPE qui dans un tweet aura parlé de l’intervention précoce, de la scolarisation, de l’inclusion des adultes et du soutien aux familles, mais aussi de la recherche. Affirmant que la « France devait rattraper son retard »

Le Député Les Républicains Pierre CORDIERAlors que le parlement continue actuellement sa discussion sur le PLFSS 2018 et le Projet loi de finances 2018, et que le gouvernement a annoncé la mise en œuvre du prélèvement à la source à partir du 1er janvier 2019. Le député Pierre CORDIER de la 2e circonscription des Ardennes, a déposé le 9 novembre 2017 une proposition de loi pour simplifier les démarches fiscales des personnes handicapées et des seniors de plus de 70 ans. Une mesure qui s'oppose à la télédéclaration obligatoire pour tous.

La députée Muriel RESSIGUIER interpellant la ministre du travail sur le mal être au travail et et la hausse des suicides« Le mal-être au travail est devenu un fait de société que personne ne peut plus ignorer » aura déclare la députée Muriel RESSIGUIER, de la 2e circonscription de l'Hérault de la France Insoumise, comme introduction a sa question sur le vote prochain des ordonnances modifiant le code du travail et notamment celle qui « vise à fusionner les I.R.P. et limitera les moyens d’action du CHSCT ». Un mal-être que syndicat et associations dénoncent depuis années et touche et qu’avait constaté une mission parlementaire en 2016 présidé par Yves CENSI (LR)

Vieillesse et dépendance en EPHADAprès le comité d’entente associatif adressant une lettre ouverte aux parlementaires sur les ressources (AAH, Pension, Rentes), c’est désormais la Fédération des Prestataires de Santé à Domicile (PSAD) qui exprime sa « vive inquiétude » vis-à-vis des mesures envisagées par le gouvernement dans le PLFSS pour 2018. La Fédération qui estime que l’effort de 100M€ dans le cadre du plan d’économie, estime que « l’article 41, définissant une enveloppe de dépense maximale au-delà de laquelle ils subiront une baisse de prix unilatérale, limitant de fait le nombre de patients pouvant être pris en charge à domicile...» souligne Charles-Henri des Villettes, Président de la PSAD

Bernard DEVERT Fondateur du Mouvement Habitat et HumanismeAlors que les députés et sénateurs étudient actuellement le projet de loi de Finances 2018, certains ont décidé de faire entendre leurs voix comme Bernard DEVERT, ancien agent immobilier devenu prêtre et fondateur du mouvement Habitat et Humanisme en 1985, qui a demandé aux parlementaires dans une lettre ouverte de maintenir l’équilibre dont celui-ci a besoin face aux attentes importantes dans ce secteur. Les entreprises sociales et solidaires, fondées sur un principe d’utilité sociale et représentant aujourd’hui plus de 10 % de l’emploi, demandent davantage de moyens pour une politique plus ambitieuse.