Contenu principal

Message d'alerte

Le Groupe APICIL et emlyon business school creent une chaire sante et performance au travailLe 19 mai dernier, Le Groupe APICIL et emlyon business school ont signé un accord de partenariat dans l’objectif d’une création sur le thème « santé et performance au travail ». Un sujet délicat et pourtant essentiel après de nombreux scandales qui ont parfois mené des hommes et femmes au suicide dans des entreprises ou la pression de rentabilité devient de plus en plus forte. Dirigée par Guillaume SOENEN, et d’étudier le lien entre la santé des individus et la performance qui en résulte au travail tant à l’échelle individuelle que collective.

Inclusion des enfants en situation de handicaps au sein de la scolariteL’inclusion en France en matière de scolarité serait meilleure au sein des écoles notamment en primaire que dans les secondaires, au collège ou dans les lycées, vient de faire savoir Conseil national d'évaluation du système scolaire (CNESCO). Au final des progrès, mais peut mieux faire telle le constat que vient de dresser celui a l’occasion d’une selon une conférence de comparaison internationale avec le Centre international d'études pédagogiques (CIEP),

un enfant aupres d un avs dans une classe dans la banlieux parisienneAprès plusieurs d’attente il faut tout de même le reconnaître. Le gouvernement et notamment le ministère de l’Éducation nationale, le seule encore a faire tombé les chiffres du FIFPH a publié un décret et un arrêté récemment créent officiellement un diplôme d'État d'accompagnant éducatif et social. Celui-ci remplace deux diplômes dans le domaine de l’accompagnement des personnes trois catégories celui d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS), celui d'aide médico-psychologique (DEAMP) et y adjoint la fonction d’accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH).

Manifestation du collectif AVS31 le 16 ocotobre 2013 devant le rectoratLe 16 décembre 2015, les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), autrefois AVS, du département de la Haute-Garonne, son venu manifesté une nouvelle fois leurs colères face au rectorat toulousain en milieu d'après-midi, face a une précarité économique et le manque de poste de plus en criant. Une situation qu'avaient évoquée, le 3 décembre dernier les défenseurs des droits dans un rapport sur les enfants en situation de handicap. Se sont au final près d'une trentaine de professionnels présents à cette manifestation organisée a l'appel du collectif du collectif AVS31 en colère et de trois syndicats le SNUipp-FSU 31, Snes-FSU et celui de CGT éduc'action.

Des professionnels venus exprimé leurs colères et formuler à nouveau leurs demandes auprès du rectorat notamment face a la précarité de leur emploi, mais aussi celle d'un salaire de moins de 600 € soit 20,33 heures payées est un mi-temps imposé, comme le rappel la porte-parole Laura FEVRIER du collectif AVS31.

Des revendications notamment de temps plein qui n'auront semble-t-il très peu de chance d'être entendu par le recteur de l'académie. Alors que les « enfants ont besoin d'une aide à pleinTract distribue par le collectif AVS31 temps ainsi qu'un statut de fonctionnaire ». Un statut promis il y a deux ans par l'ancien premier ministre qui ne sera jamais mis en œuvre.

En échange un simple CDD signé sous forme deux contrats le premier un contrat de droit public signé par le rectorat, puis un deuxième des contrats aidés encore plus précaires. Des hommes et femmes qui aujourd'hui exercent une profession sans aucun diplôme n'existent véritablement.

Des postes d'AESH encore largement en dessous des effectifs nécessaire dans le département. Une situation que le député socialiste de Haute-Garonne Christophe BORGEL, reconnaît et qui se dit «préoccupée» par cette situation. Citant sa 9e circonscription en exemple ou selon lui « des dizaines de postes ne sont pas pourvus et je connais pourtant plein de gens qui voudraient ne pas rester au chômage. Je ne vois pas ce qui bloque, soit du côté de Pôle emploi soir du côté du rectorat».

Stéphane LAGOUTIERE

Campagne KONE pour la formation des salaries en situation de handicapKone, leader mondial de l'industrie des ascenseurs, des escaliers mécaniques et des portes automatiques, annonce attaché une importance toute particulère à l'accompagnement, à l'intégration et à l'emploi des personnes en situation de handicap. Leur objectif est d'accélérer l'emploi des handicapés.

En France, 452 700 personnes handicapées sont sans emploi, cela correspond au double de la moyenne française. Kone souhaite y remédier en favorisant l'insertion et le maintien dans l'emploi des personnes en situation de handicap. Avec un taux d'emploi de 3,68%, leur objectif est de se rapprocher des 6% afin de devenir un employeur référent.

« Chez Kone France, nous sommes convaincus que chacun a un talent à apporter. L'humain est le cœur de l'entreprise. Nous souhaitons que chacun puisse trouver sa place pour s'épanouir dans une fonction pour pour laquelle il pourra développer ses compétences. Nos collaborateurs sont notre maillon fort », précise le directeur des ressources humaines de Kone France, Laurent GROSSE, dans un communiqué.

Signature d'une convention de partenariat handicap pour favoriser la l'insertion des personnes handicapées

Pour accélérer l'emploi des personnes handicapées, il faut qu'elles soient bien formées. Aujourd'hui seulement 20% d'entre elles poursuivent leurs études dans le supérieur. Pour accroître ce pourcentage, des bourses d'études à l'attention des personnes handicapées ont été notamment développées avec l'école d'ingénieur ESTP et l'école de commerce Kedge Business School. Grâce à ces partenariats, Kone a recruté et suit actuellement huit alternants en situation de handicap.

Pour répondre davantage à ce problème de formation, Kone a signé une convention de partenariat handicap avec le département des Alpes Maritimes. Cette convention est portée par l'Académie de Nice, l'Université de Nice, l'Onisep et La Directe des Alpes Maritimes. Kone qui s'engage à identifier les offres d'emploi disponibles pour les jeunes handicapés, proposer des rencontres au sein des établissements scolaires avec des professionnels de l'entreprise, participer au financement des projets et favoriser l'utilisation des sites de l'académie pour déposer des offres d'emploi et/ou de stage. Peut-être qu'avec autant de bonnes volontés, on arrivera enfin à ce que les entreprises embauchent davantage de personnes en situation de handicap, malheuresement les bonnes volontées ne sont pas toujours suffisante.

La Rédaction

Un Etudiant en situation de handicap non voyant a l Universite de Lyon en 2009À l'occasion de la Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées (SEPH), qui se déroule du 16 au 22 novembre, l'Association Passerelle, convaincue que « la différence n'est pas un handicap », a mis en place le « concours post-bac handicap ». Un dispositif innovant qui reste la voie d'admission privilégiée des personnes en situation de handicap car il est vraiment un tremplin vers l'accès à l'emploi.

Avec 80% des personnes handicapées qui ne poursuivent pas leurs études dans le supérieur, le concours Passerelle pos-bac handicap qui est mis en place depuis six ans permet aux étudiants en situation de handicap d'accéder à l'enseignement supérieur. Car aujourd'hui, ces derniers sont sous représentés au sein des grandes écoles ou des universités. Seulement 2% d'entre-eux poursuivent leurs études après le baccalauréat.

Fort de ce constat, ce concours est ouvert à tous les lycéens en situation de handicap. Seule deux conditions sont requises pour postuler : l'étudiant doit résider dans la région académique de l'école qu'il souhaite intégrer et présenter de bons résultats scolaires.

Sept des 12 écoles partenaires de l'Association Passerelle participent au concours post-bac handicap

Les candidats, qui ont réussi les épreuves écrites et orales, suivent une formation de deux ou trois ans dans les BTS, IUT ou Bachelors. Tout au long de ce cursus, ils sont suivis par l'école choisie et y préparent leur entrée. Ils auront une carte détudiant, pourront avoir accès à l'infothèque ou encore assister à des conférences et échanger avec le corps professoral. À la fin de ce premier cycle de formation, les étudiants qui auront obtenu leur diplôme pourront intégrer d'office l'école choisie sans passer le concours d'entrée.

7 des 12 écoles partenaires de l'Association Passerelle, participent au concours post-bac handicap. Ces écoles sont l'EM Normandie, l'EM Strasbourg, Grenoble École de Management, l'ESC La Rochelle, Montpellier Business School, l'ESC Troyes et Novancia Business School Paris.

L'Association Passerelle s'efforce de faciliter leur recherche de stages, d'alternance ou de premier emploi

Sensibles à la problématique de l'inégalité des chances scolaires, l'Association Passerelle soutient l'ensemble des écoles du concours passerelle pour favoriser l'intégration des étudiants en situation de handicap au sein de leurs établissements. Elle travaille notamment à l'échange des bonnes pratiques entre les relais handicap existant dans chacune des écoles afin d'accompagner les étudiants tout au long de leur scolarité et également dans la construction de leur projet professionnel.

Grâce au soutien financier d'entreprises partenaires (Auchan, Crédit-Mutuel, Arkea et Manpower), elle investit ponctuellement dans des équipements spécifiques à destination de ces jeunes et s'efforce de leur facilité leur recherche de stages, d'alternance ou de premier emploi. Une opportunité qui pourrait permettre aux personnes handicapées d'arriver sur le marché du travail avec un vrai bagage universitaire adéquat au poste qu'ils recherchent.

La Rédaction

Une jeune fille en dans le cadre d une formation adapte par l_entreprise ERDFAvec plus de 450 000 demandeurs d'emploi handicapés, ces derniers peinent toujours à intégrer le monde du travail malgré une timide embellie au premier semestre 2015 avec une hausse de 4% des insertions, indique l'Agefiph qui veut les convaincre de s'orienter vers de nouveaux métiers. 

Plus d'une personne handicapée sur quatre est sans emploi. Quelque 452 700 personnes handicapées pointaient à Pôle emploi fin 2014, soit une hausse de 9,5% sur les 12 derniers mois, souligne l'Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées. Une progression presque deux fois plus rapide que celle de l'ensemble des demandeurs d'emploi.

Pour la seule Ile-de-France, près de 53 480 demandeurs d'emploi handicapés étaient inscrits à Pôle emploi fin juin 2015 (+10,4% en un an), soit 5,8% de l'ensemble des demandeurs d'emploi de la région, a précisé lundi l'Agefiph, en amont de la 19e semaine pour l'emploi des personnes handicapées, du 16 au 22 novembre.

De nouveaux dispositifs testés

De nouveaux dispositifs sont testés actuellement par Pôle emploi, au sein de six de ses agences en Ile-de-France, Poitou-Charentes et Nord-Pas de Calais, pour favoriser la prise en charge immédiate des demandeurs d'emploi sourds et malentendants.

Pendant cette Semaine de l'emploi, l'association veut inciter les demandeurs d'emploi handicapés à se tourner vers de nouveaux métiers, comme ceux du web, du bâtiment, du transport ou de la santé et lever les préjugés des entreprises à leur encontre.

De légers progrès pour l'emploi des personnes handicapées au premier semestre 2015

Aujourd'hui, les travailleurs handicapés recherchent prioritairement un emploi dans les services à la personne et à la collectivité, la comptabilité, la gestion, les ressources humaines, le commerce, les métiers de la logistique. Durant la semaine de l'emploi, l'Agefiph organisera notamment un « Carré des métiers » où les personnes handicapées pourront rencontrer des fleuristes, des pros de la propreté ou de la boucherie, des secteurs qui recrutent. Ils pourront aussi participer à l'opération « Un jour, un métier » et passer une journée en entreprise en binôme avec un salarié.

L'association note de légers progrès au premier semestre 2015, avec une hausse de 4% des insertions, le réseau d'organismes de placement spécialisés Cap emploi ayant contribué à près de 31 000 recrutements dont 60% de CDI ou de CDD de 6 mois et plus.

La croissance des maintiens dans l'emploi s'est également poursuivie

Les créations d'activité ont augmenté de 12% en un an, dont plus de 1 800 financées par l'Agefiph au 1er semestre 2015. La part des personnes handicapées dans les contrats aidés par l'Etat est aussi en progression dans le secteur marchand (9,1%) et non marchand (13,8%).

La croissance des maintiens dans l'emploi s'est également poursuivie (+11% en un an).

Les difficultés d'insertion des demandeurs d'emploi handicapés proviennent aussi de leur âge élevé (46% ont 50 ans ou plus) et de leur faible niveau de formation (seuls 25% ont un niveau supérieur ou égal au bac).

57% d'entre-eux sont chômeurs de longue durée

Enfin, 57% d'entre-eux sont chômeurs de longue durée. L'ancienneté moyenne de leur inscription au chômage est de 779 jours, soit près de 200 jours de plus que l'ensemble des publics. 22% d'entre eux sont bénéficiaires de l'Allocation adulte handicapé (AAH).

La France compte quelque 2 millions de personnes handicapées âgées de 15 à 64 ans, soit 5% de la population totale de cette tranche d'âge, selon l'Insee (chiffres 2011). Depuis la loi du 10 juillet 1987, les entreprises de 20 salariés et plus ont l'obligation légale d'employer au moins 6% de travailleurs handicapés, faute de quoi elles ont des pénalités à payer. Les centaines d'événements organisés ou soutenus par l'Agefiph pendant la Semaine de l'emploi peuvent être consultés sur leur site officielSemaine pour l'emploi.

La Rédaction / Avec AFP