Contenu principal

Message d'alerte

Les artistes du groupe Les Fatals Picards Dans le cadre du Téléthon, organisé du 7 au 8 décembre 2012, les Fatals Picards se sont lancé un défi sur le site Défithon.fr créée à cette occasion pour cela et sur lequel ou 5000 € ont été collectés, ils donnaient un concert privé chez l'un des contributeurs à leur défi ! Une idée qui a séduit puisque près de 300 internautes ont soutenu ce défi permettant aux Fatals Picards d'atteindre une collecte finale de 10 306 € ! Après avoir procédé au tirage au sort ils tiendront donc leur promesse et se rendront donc demain soir 13 mars, chez Camille, originaire du Pas-de-Calais pour un concert privé !

Défithon ? C'est quoi exactement ?

Défithon, c'est le site sur lequel tout est permis ! On lance des défis à ses amis, à son boss, à sa famille et l'on stimule son réseau pour collecter au profit de l'AFM-Téléthon, d'une manière ludique et imaginative. Et en plus c'est super simple ! Tu te connectes sur www.defithon.fr, tu crées ton compte, et ensuite tu annonces sur Facebook et Twitter que, pour 400 €, tu tonds le caniche de ta grand-mère. Si tu n'as pas d'idée ou si ta grand-mère n'a pas de caniche, Defithon.fr propose différents défis que tu peux t'approprier.

Grâce aux 450 défis postés, et à la mobilisation de plusieurs centaines d'internautes contributeurs, Défithon.fr a permis de collecter près de 65 000 euros au profit de l'AFM-Téléthon. Rendez-vous dans quelques semaines pour lancer le Défithon 2013 !

Stéphane LAGOUTIERE

Centre Fernando Pessoa d'origine portugaise, ouverte a la Garde dans le Var sous le titre d'université, titre actuellement contesté par le ministère de la recherche et de l'enseignement supérieur La Fédération Nationale des Orthophonistes (FNO) dénonce depuis de nombreuses semaines l'ouverture du centre de formation privé Fernando Pessoa dans le Var, à La Garde près de Toulon. La FNO qui dans un communiqué annonce sa stricte opposition à cette structure qui prétend « former des orthophonistes ainsi que des chirurgiens-dentistes, des pharmaciens et des diététiciens ». Une formation moyennant des frais d'inscriptions bien au-delà de ceux supportés par les étudiants en orthophonie, formés dans les Universités françaises.

Le film "The session" au coeur d'une polémique dans la société française En plein semaine des personnes handicapées et la présentation du film documentaire qui sera présenté le 4 avril sur Arté, que les journalistes ont pu voir en avant-première hier à Paris. The Session présent depuis mercredi dernier dans les salles lui commence déjà à créée polémique dans le milieu associatif, politique voir religieux...Assistance sexuelle, prostitution ou se trouve la ligne, d'un sujet très sensible ou l'Europe elle-même reste très divisé !!!

Alors que le journal libération sous-titre "Handicapés, du sexe pour tous" créant semble-t-il un parallèle avec le débat sur le mariage gay. Mais peut-on véritablement parler d'association ? Reste que l'assistance sexuelle est interdite. Un gouvernement comme la Ministre Marie-Arlette CARLOTTI, qui ne s'est toujours emparé de ce sujet sensible, dont certaine association distingue l'assistance sexuelle comme une forme de prostitution.

Un film dont l'OCH remet en cause « la légitimation morale »

Parmi ces associations celle de Femme pour agir Femme pour le Dire (FAFD), ou encore l'Office chrétien des personnes handicapées. Dans la FAFD, interrogé à l'occasion de la journée internationale de la femme Mary PIOT présidente de l'association a elle affirmé ne pas accepter ce principe qu'elle considére comme de la prostitution déguisé.

De l'autre l'OCH a publié une critique du film affirmant que "l'assistance sexuelle, payée pour ses prestations physiques, s'identifie bien à une forme de prostitution. [...] Pour être clair, on propose à la personne handicapée de se payer ce qu'elle n'a pas obtenu par l'attrait de sa personne. L'assistance sexuelle, loin de respecter la personne handicapée dans sa dignité, l'assigne à un statut de sous-homme, et lui propose des solutions au rabais – d'ailleurs l'attitude d'Helen dans le film est souvent infantilisant ". Une légitimation morale de ce film est d'ailleurs jugée comme au final "désagréable" par l'OCH.

Une évolution des mœurs

Pourtant au-delà de associations que certains jugerons comme conservatrice, des associations et des professionnels de santé se mobilisent pour que la société française évoluent. Une évolution dont ont fait le choix des pays comme les Etats-Unis, les Pays-Bas, Suisse ou encore Italie. Si la gauche semble plus favorable, Roselyne BACHELOT, alors ministre de la Santé avait déclaré être "rigoureusement, formellement, totalement opposée" à la création d'un statut "d'assistant sexuel". Reste comme l'indique l'un des principaux responsable de l'association CH(s)OSE qui se bat poSauver & Fermerur une vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap reste long et difficile, pour preuve la secrétaire général du Comité interministériel du handicap (CIH) a récemment déclaré "ce n'est pas du tout inscrit dans les priorités gouvernementales [...] c'est un sujet délicat et difficile".

Stéphane LAGOUTIÉRE

Alexandra lors d'un cours de danse ou elle dit vouloir " se battre" dans le documentaire intitulé je marcherai jusqu’à la mer. © FHI A l' occasion de la première journée de la semaine des personnes handicapées physiques, auquel l'ordre de Malte participera avec des manifestations prévues le 15 et 16 mars prochain. L'Ordre a présenté en avant en avant-première une projection du documentaire diffusé sur ARTE le 4 avril à 23h40 en troisième partie de soirée « Je marcherai jusqu'à la mer ».

Un film dans lequel la réalisatrice Stéphane PILLONCA-KERVERN aborde le quotidien d'une jeune femme

Alexandra, lourdement handicapée à la suite d'un accident cérébral. Cette dernière qui réside aujourd'hui dans un studio de la MAS* St Jean situé dans le 19e arrondissement de Paris et gérée par l'Ordre de Malte.

Un film ou tout au long du documentaire, cette jeune femme nous donne une véritable lecon de vie : « Rien n'est grave tant qu'on a la vie » « J'aurai toute la mort pour me reposer » « Au début c'était dur de me forcer àmebattre, petit à petit c'est devenu simple et aujourd'hui c'est carrément une philosophie ». Pendant près d'une heure, nous avons suivi Alexandra dans sa vie de tous les jours faite d'efforts pour gagner toujours un peu plus d'autonomie. Sa vie est gaie car elle la veut ainsi. Elle exerce des activités qui lui permettent de s'épanouir : saut en parachute, équitation, séance de photos de nue, rédaction de textes de Slam etc.Douée pour la poésie et l 'écriture, le projet qui lui tient particulièrement à cœur, aujourd'hui, est de publier son premier livre, elle cherche un éditeur....

L'ordre de Malte France, qui gère 5 établissements pour personnes lourdement handicapées sur la France, a accueilli la demande de la réalisatrice, Stéphanie PILLONCA-KERVERN, sans réserve, en lui donnant toutes les autorisations nécessaires pour le tournage. L'objectif de tous est bien de sensibiliser les biens portants au monde du handicap. La réalisatrice qui notamment a expliqué combien Alexandra lui avait donné un autre regard sur la vie. Avec en exclusivité un extrait du documentaire !

Stéphane LAGOUTIERE

Passage a niveau situé a l'exterieur de fourmie situé dans le Nord-pas-de-calaisJean-Marie Barbier âgé de 58 ans un homme en fauteuil roulant motorisé a été happé par un train aujourd'hui en milieu d'après-midi vers 15h30. Selon la police et les secours et malgré les tentatives de réanimation, rien n'a pu être fait pour le sauver. L'homme aurait passé la barrière de passage à niveau et se serait retrouvé au milieu des voies. Le chauffeur du train c'est aperçu de la présence de celui n'a pas eu le temps suffisent pour réussir à éviter le choc.

Selon la gendarmerie, l'homme n'aurait pas bougé malgré les alarmes lancées par le conducteur du train. Ce qui laisse penser qu'il souhaiter mettre fin à ses jours. Le lieu relativement éloigné du centre-ville ne faisait pas partie du circuit de l'homme.

Que s'est-il passé exactement au niveau du passage à niveau dit de «Minonsars», à la sortie de Fourmies en direction de Sains-du-Nord ? Une enquête a ouverte par le parquet et qui devra déterminer précisément les circonstances de cet accident ou du suicide. Le trafic a été interrompu sur cette ligne jusqu'à 18h. Un homme connu

Jean-Marie Barbier était semble-t-il connu à Fourmies cette petite de près de 13 000 habitants situé dans le Nord-Pas-de-Calais, un citoyen actif pour sa communauté puisque il était notamment l'un des membres de la commission municipale d'accessibilité et ou sa présence fort apprécié été a l'origine de nombreuse proposition. Une commune sous le choc de l'émotion comme l'une de ses connaissances, Patrick PAGNIER. Ou le Maire Alain Berteaux (PCF) lui même employé a la SNCF exprimé son incompréhension devant un tel drame, et la dangerosité des passage a niveau.

Stéphane LAGOUTIERE

Wheel Blacks, l'équipe nationale de rugby fauteuil de Nouvelle-ZélandeCinquième étape d'un parcours de 16 mois autour du monde et d'aventure, voici l'équipe arrivé en Nouvelle‐Zélande ou ces derniers ont rencontré les membres des Wheel Blacks à Auckland. Une rencontre qui a permis aux membre de l'association française de faire connaissance avec l'équipe nationale de rugby fauteuil, les Wheel Blacks, assistant a un entrainement de l'équipe avant un match internationale en Allemagne. Une rencontre qui a permis a HandiCap sur le Monde de découvrir les coulisses de ce sport passionnant et nous fait partager leur rencontre sportive.

Rugby fauteuil : Un sport en pleine ascension

Appelé également quad rugby, le rugby fauteuil reprend les règles combinées de trois sports. En effet, les joueurs se rencontrent sur un terrain de basket, avec un ballon de volley et respectent les principes fondamentaux du rugby. Les équipes étant constituées de quatre joueurs sur le terrain et de huit remplaçants, seuls les contacts entre fauteuils sont autorisés. Fort de son succès aux jeux olympiques de Londres 2012, le rugby fauteuil introduit à Sydney en 2000, ne cesse de gagner de nouveaux adhérents.

Un sport dont les équipes Française forte nombreuse aussi se constitue de plus en plus et comme le rappel HandiCap sur le Monde peine a trouver des financement. Les Wheel Blacks prennent à leur charge la majorité de leurs frais de déplacements pour participer aux compétitions internationales. Une situation que les Français connaisse eux aussi parfois.

Au cœur de l'action avec les Wheel Blacks

Dan Buckingham, l'entraineur des Wheel Blacks a donc convié jeudi 21 février 2013 HandiCap sur le Monde à l'entrainement de son équipe pour vivre cette expérience de l'intérieur. Ainsi Thomas Enfrin, co‐fondateur de l'association HandiCap sur le Monde, s'est équipé tel un joueur de rugby fauteuil et a suivi les exercices physiques auxquels sont soumis les Wheel Blacks : tours de terrain avec plusieurs prises de trajectoires, parcours et passes croisées, montées et descentes sur une pente raide à l'extérieur du gymnase... Ces premiers jeux mettent à rude épreuve les organismes et exigent une force physique importante.

Pour la deuxième partie de l'entraînement c'est en tant que spectateur cette‐fois ci que Thomas a assisté aux exercices stratégiques où des oppositions mêlent phases d'attaque et techniques défensives. Au rugby, et encore plus au rugby fauteuil où le terrain est plus restreint, les contactssont nombreux et les joueurs doivent travailler ces phases de jeu pour créer des automatismes. Les Wheel Blacks se préparent actuellement pour le tournoi en Allemagne qui aura lieu à la fin du mois de mars 2013. Un entraînement stupéfiant et spectaculaire qui met en avant l'agilité et les performances des joueurs. HandiCap sur le Monde a vécu une expérience forte en émotions en assistant à l'entraînement de cette équipe, une équipe chaleureuse et conviviale, heureuse de partager un moment de sport de haut niveau avec l'association.

A propos de HandiCap sur le Monde

Association loi 1901, HandiCap sur le Monde vise à promouvoir les actions destinées à l'intégration des personnes en situation de handicap dans l'emploi et à travers le sport. Encore peu d'actions sont mises en place dans ces domaines. Afin d'améliorer cette situation, il est nécessaire de réaliser des actions ciblées et de les faire partager au plus grand nombre! L'association HandiCap sur le monde a été créée sur ces constats, selon cette volonté d'agir en faveur de l'inclusion des personnes en situation de handicap. Association et son parcours autour du monde que vous pouvez suivre sur les réseaux sociaux également sur Facebook mais aussi sur Twitter ainsi que sur You tube

La Rédaction

Une femme âgé de 70 ans qui revient a audition santé a Toulouse, après avoir acheté un premier appareil manifestement qui ne lui convenait pas chez Optical Center a Toulouse Purpan© F.H.I /Stéphane LAGOUTIEREAlors que le 14 mars prochain aura lieu en France la 8e journée nationale de l'audition, plus que jamais le dépistage reste un enjeu avec plus de quatre millions de français souffrant d'une perte d'audition avérée. L'occasion pour audition conseil de rappelé les enjeux du dépistage et de la prise en charge professionnelle de cette question de santé publique. Une visite essentielle lors que l'on sait que moins d'un français sur 2 n'a encore jamais consulté un ORL pour contrôler ses capacités auditives.

Des professionnels à votre service...

Une journée pendant lequel plus de 300 audioprothésistes du réseau proposeront des contrôles gratuits de l'audition. Ils profiteront de ces rencontres avec le grand public pour faire de la pédagogie sur leur métier en rappelant que 50 % de la réussite de l'appareillage auditif est due au rôle de l'audioprothésiste en termes de réglages, tests techniques, et rééducation de l'acuité auditive. Leur objectif : lutter contre l'idée reçue suivante : acheter une aide auditive suffit à recouvrer toutes ses capacités ! Défendre la professionnalisation de la prise en charge...

L'audioprothésiste : acteur clef de la réussite de l'appareillage

Aujourd'hui 90% des personnes qui poussent la porte d'un centre Audition Conseil en ressortent avec un appareillage adapté à leurs besoins, grâce à la qualité de la prise en charge de l'audioprothésiste qui les reçoit.

Si sa mission première consiste à adapter techniquement la prescription de l'ORL, il passe ensuite l'essentiel de son temps à accompagner le patient dans l'appropriation de son appareillage. Tests techniques, adaptation, prise en main, rééducation de l'acuité auditive... autant d'étapes qui nécessitent conseils et écoute.

Aujourd'hui, les avancées technologiques favorisent la miniaturisation des appareillages et l'optimisation de leurs performances. Les solutions proposées sont de plus en plus discrètes et l'esthétique ne peut plus être considérée comme un frein : une lentille de contact pour oreille, 100% invisible puisque placée à côté du tympan, a même été mise sur le marché cette année ! Pour autant, ces solutions ne s'avèrent efficaces que si elles sont parfaitement adaptées aux besoins du patient, ce pourquoi le rôle de l'audioprothésiste est essentiel.

Tableau composé des chiffres qui mettent la puce a l'oreille

Une profession mise à mal...

Alors que l'audition ne cesse de devenir un enjeu de santé publique l'audition reste encore une pathologie mal perçue parce qu'elle stigmatise le vieillissement. Un apriori bien loin de la réalité, les jeunes faces aux nouvelles technologies ou encore la pratique dans certaines profession n'a eu de cesse de faire progresser une population malentendante.

Ainsi après l'avis de l'académie de médecine, et le syndicat professionnel des audioprothésistes, l'un des plus importants réseaux de France avec Audition Santé, les 300 audioprothésistes du réseau Audition Conseil veulent rappeler la légitimité de leur profession. Une profession mis à mal face a la présence de plus en plus importante assistants d'écoute vendus sans ordonnance, et les offres low-cost des entreprises spécialisé dans l'optique et qui voient là un moyen supplémentaire de faire progresser leurs chiffre d'affaires. Des réseaux qu'il convient d'éviter et qui au final risque de vous couter forcément plus cher en étant obligé de consulter au final un professionnel !

Stéphane LAGOUTIERE